Qui sommes-nous ? Somme de sommes. Somme de livres et de mains.
Ou comme dirait notre ami Oscar, nous sommes…

Qui sommes-nous ? Somme de sommes. Somme de livres et de mains.
Ou comme dirait notre ami Oscar, nous sommes…

Pourquoi donner vie à une nouvelle maison d’édition ? Quels mouvements souterrains peuvent bien engendrer chez deux, plutôt jeunes, sujets (Meri et Albert) éloignés d’un tel champ d’activité, l’émergence d’un tel projet et le doter d’une charge telle qu’il ne peut qu’être mené à bien ? Sans aucun doute, le désir de partager livres et lectures, la passion de la découverte de manifestations d’une pensée vivifiante, éclairante, dérangeante, d’une pensée qui sait parler du monde dans son histoire et son actualité, radicalement, qui opère dans le champ de la philosophie, de la littérature, de la poésie, de l’art… Mais toujours avec une attention particulière donnée aux auteurs marginaux, ou pas assez reconnus. Et un autre objectif pour le plaisir : faire cohabiter les textes d’origine et leur(s) traduction(s) dans les principales langues de l’environnement incorporéen, soit avant tout, l’espagnol, le français et le catalan.

Laissons là le divan, la promenade dans le monde des origines ! Incorpore a fait surface en 2013, a grandi aimée de son “père” et de sa “mère”, est devenue un édifice où chacune des pierres est à sa place, sans pour autant que l’édification prenne fin. Incorpore est et restera un projet en construction

Mais selon quels critères, quels échafaudages s’est bâtie, continue à se bâtir Incorpore ? En guise de préface à Penser / Classer (Fayard, 1982), dans « Note sur ce que je cherche », Georges Perec se pose la question que l’on pourrait qualifier d’originelle sinon principielle sur la nature de son aventure de l’écriture. « Si je tente de définir ce que j’ai cherché à faire depuis que j’ai commencé à écrire, la première idée qui me vient à l’esprit est que je n’ai jamais écrit deux livres semblables, que je n’ai jamais eu envie de répéter dans un livre une formule, un système ou une manière élaborés dans un livre précédent ». Voilà ce que voudrait revendiquer aussi Incorpore. Faire de chacun des livres édités une collection, comme s’il s’agissait d’ouvrir à chaque parution une nouvelle voie dans l’exploration de la pensée du monde, une nouvelle fenêtre pour un œil nouveau retenu pour la pertinence de ses manifestations.

Mais l’édifice n’est plus la brique. La réunion de ces « collections » donne-t-elle sa cohérence à un tout, d’une certaine façon constamment à la recherche de lui-même ? Appelons ce tout : le monde selon Incorpore, vu à travers le livre. « Je sens confusément que les livres que j’ai écrits s’inscrivent, prennent leur sens dans une image globale que je me fais de la littérature… ». C’est ainsi que Georges Perec termine sa « Note ». C’est aussi ce qu’aimerait réussir Incorpore, dans le domaine beaucoup plus modeste de l’édition : faire que chacun des titres proposés contribue à façonner une image globale en mouvement, fidèle à son origine et à ses moteurs profonds, capable de s’alimenter de la diversité qui la conforte et l’enrichit. Incorpore comme construction d’un certain regard en forme de réunion de livres, sur la vie, sur le monde, Incorpore comme voix singulière qui se cherche à travers l’élection de voix singulières.

Mais revenons à notre brique. Comment est-elle née ? Pièce élémentaire fondamentale, elle contient la chaîne des interventions de tous ceux qui l’ont rendue possible. Un livre nait lorsque le dernier maillon de cette chaîne est atteint :  d’abord un ou plusieurs auteurs, puis un ou plusieurs traducteurs, illustrateurs, correcteurs, relecteurs, et enfin l’imprimeur. Un livre nouveau (beau, bien entendu) est donc l’enfant de multiples géniteurs qui ont au moins un point commun : Incorpore les a sollicités parce qu’elle leur a fait confiance, parce que cette forme de communauté lui tient à cœur, parce que c’est aussi une façon de partager au-delà des contraintes économiques. Et lorsque le livre fait son entrée dans le monde, libraires, distributeurs et enfin lecteurs, intègrent naturellement cette communauté. Il faut le souligner ici : l’émergence de cette communauté qui n’existe que par Incorpore occupe une place de premier ordre dans son projet. Elle en est même un moteur fondamental.

Pour paraphraser une cèlèbre formule barcelonaise, « Incorpore es més que una editorial ». C’est un plaisir partagé.

Utilizamos cookies para mejorar tu navegación. Aceptando, consientes su uso.